Séminaire de conduite de performance - Revue

La passion de conduire

Theorie Avril 2015 Robert 19

Photos 

Séminaire de conduite de performance 2015

 

Le séminaire de conduite de performance qui s'est tenu au Cegep Lionel Groulx en Avril 2015 a été un succès avec près de trente personnes qui ont participé de façon très active! Voici d'ailleurs un excellent sommaire écrit par Steve Pahle. Bonne lecture!


 

Bonjour Michel,

Quand je suis arrivé à la maison le soir du Séminaire, mon fils Matt m’a demandé, “Pis, qu’est-ce que t’as appris?” Je lui réponds, “Euh, ahh…,” et après quelques secondes, le temps d’y penser, quoi, je réplique, “Laisses-moi y penser pendant qu’on soupe quelque part, ok?”

Dans ma tête, tout était une jungle de nouvelles idées, nouveaux concepts et de peur de ne pas être en mesure d’y mettre de l’ordre dans tout cela. C’est surprenant ce qu’un bon souper peut faire pour voir clair dans la vie.

J’ai réussit à pouvoir transmettre à mon fils que je m’en venais plus compétent et conscient par rapport à la conduite automobile. Il dit immédiatement, “Ah, ha! T’es moins idiot au volant qu’avant, quoi!” “Oui, c’est ça. Au moins maintenant, je sais que je dois d’abord freiner avant de figer le volant et pas le contraire,” dis-je. “Et quoi d’autre as-tu appris, pa?” “Euuh, j’ai appris que bien touché l’apex peut-être aussi compliqué que de toucher le sein d’une femme: tout dépend des ‘intrants’: voir, sentir, entendre, et l’état de nos pneus, surtout les pneus... sans oublier les freins; et le tout sans brusquerie," je lui réplique. “Il s’agit de ne pas y arriver trop tôt, jamais trop tôt. Mais arriver plus tard dans l'apex peut aussi marcher selon les gouts de notre véhicule, les conditions de la piste et nos fameux intrants. Comme tu vois, c’est compliqué. Un peu comme dans la vie, tu sais.”

On a continué comme ça pendant un bon moment encore, mon fils et moi. Cependant, le plus important, lui dis-je, c’était comment les participants ont embarqués dans les sujets apportés. Le charme du cours, c’est l'échange entre ceux qui savent des choses et ceux qui savent moins ou qui ont oublié ce qu’ils savaient. Presque tout le monde sont sentis suffisamment à l’aise pour participer. Ceux qui ont déjà assister au Séminaire ont pu réaffirmer que ce qu’ils ont entendu par le passé et toujours valide. La confirmation de ce qu’on a l’impression de savoir déjà, est réconfortant pour n’importe qui. Ça prend des années pour intégrer les apprentissages de conduite automobile. Surtout quand ces apprentissages entrent en conflit avec ce qu’on pratiquait auparavant. La dissonance cognitive que crée l’incompatibilité entre un nouvel et un vieil apprentissage excite et suscite l’inquiétude à la fois. Pour laisser de la place à la nouveauté, il faut faire un effort: afin d’éliminer le soit disant “blind spot” que nous connaissons tous, il faut faire confiance qu’en déplaçant nos rétroviseurs (sans voir notre portière arrière comme on le faisait avant) on va véritablement pouvoir voir l’auto qui s’en vient vite à côté de nous.

Pour un vieux comme moi, il faut avoir le grand courage de tasser les rétroviseurs et voir du territoire qu’on n’est pas habitué de voir. Le Séminaire technique m’a permis d’oser changer. Si je peux changer quelques trucs au sujet de la conduite automobile, qu’est-ce que je ne pourrais pas changer dans le futur?

Merci Michel d’avoir cette opportunité de changer et grandir.

Steve Pahle
Rigaud, QC