Balade de la Mauricie (Sacacomie) - Revue

La passion de conduire

Balade Sacacomie Mai 2015 Michel 50

Photos

Balade de la Mauricie (Revue) 2015

 

Compte rendu de la Balade à l’Hôtel Sacacomie
Chers membres du Club Virages,
Il y a même pas trois ans, le rover Curiosité s’est “amarsé” au Gale Crater le 6 août 2012 et depuis, nous avons des photos spectaculaires qui nous épatent chaque fois que les médias sortent les derniers clichés de ce monde inconnu mais tant imaginé. Galilée serait fier de nous puisque c’est lui qui était le premier à pointer une télescope (qu’il avait inventé, d’ailleurs) sur mars et nous a poussé à imaginer la possibilité d’une civilisation toute martienne. La vie ailleurs, quoi!


Et bien, Galilée serait fier de moi de m’être lancé à la découverte d’une nouvelle planète qui s’appelle Les Laurentides/La Mauricie. Cela fait, sans blague, 43 ans que je vie au Québec et je n’ai jamais (et je veux vraiment dire jamais) été dans la partie du Québec où le Club Virages m’a largué le 23 mai 2015.
Okay, okay, je sais que je fais pitié mais cette opportunité était à ne pas manquer pour moi. Ma curiosité était trop forte et c’était le temps ou jamais à connaître cette partie de la galaxie québécoise. Ce qui est encore plus pitoyable, c’est que je ne connaissais pas le Vieux Terrebonne non plus, où j’ai été agréablement surpris par sa paisible beauté riveraine. Ou encore moins, mais peut-être excusable cette fois, je ne connaissais point les villages de Saint-Esprit, Saint-Jacques et… Dieu sait où se trouve Les Cuisines Poirier…qui sont devenus pour moi de magnifiques points de repères (et de ravitaillements) sur les routes 341 et 348 vers la planète lointaine nommée Hôtel Sacacomie au bord du lac du même nom.
Quand on parle de bonne réception, et bien nous en avons vécu toute une Aux Volailles d’Angèle sur le rang de la Rivière Sud à Saint-Esprit, pas loin de la Route 125. Fantastique les produits de poulet savoureux et bien élevé (mieux que moi…si vous n’avez pas déjà remarqué). Une chance que ma glacière était grosse, plus grosse que la valise de mon auto, n’est-ce pas, parce que je l’ai rempli pas mal, merci!
Même chose Au Cochon Cent Façons sur le rang St-Jacques où les produits du porc ont séduit plusieurs au point où il fallait que je m’assois sur le dessus de ma glacière pour qu’elle se ferme comme il faut. Mais je n’ai pas conduit mon auto comme ça, sur la glacière, quoi, oh non! Ce n’est pas recommandé par le Club Virage de conduire de cette manière. Si vous avez assisté au Séminaire technique plus tôt cette année, vous sauriez que ce n’est pas une position de conduite recommandée au volant.
J’ai bien aimé Les Cuisines Poirier…où déjà? Principalement parce que la jeune et belle fille qui nous servait si bien aimait mon accent. J’ai un accent? Qui aurait su? À part cela, Les Cuisines Poirier avait des choses insolites. Des mayos, des confitures, des trucs différents vous savez.
Et chaque belle place d’arrêt avait sa toilette. Surtout.
Après Les Cuisines Poirier, c’était le temps d’être sérieux car la route commençait à se torturer ou plutôt me torturer. Nous allions définitivement de plus en plus dans le bois sur une piste qu’on pourrait qualifier de “twisty” dans le langage de certains. Nous étions seuls sur la piste et il fallait bien suivre les uns les autres sinon on se serait plus que perdu: on serait dans le “dark matter” de l’espace. Mais, tout d’un coup, nous voilà à ce fameux Hôtel Sacacomie. Comme ça!
Bang. Sans aucun doute, la route de l'hôtel est sinueuse à souhait et de toute beauté. Le route, les arrêts d’agro-tourisme, les pauses pipi valaient vraiment la peine car tout a été oublié quand nous nous sommes installés à la table pour partager tous ensemble un dîner fantastique. Quel décor, quel belle ambiance tout à fait magique par un beau temps que nous avons vécus. Le but du voyage en valait vraiment l’aventure dans l’espace d’un Québec à découvrir.
Merci Josée, Serge et Richard pour votre goût de l’exploration et votre dévouement à nous faire connaître l’inconnu.
Steve Pahle